Morin

Métissage

“Migrations et métissages, productrices de nouvelles socíétés polyethiniques, polyculturelles, semblent annoncer une Patrie commune à tous les humains. Toutefois, dans les formidables mélanges de populations, il existe plus de juxtapositions et d’hierarchisations qui dans la vrai intégration; à la rencontre des cultures, l’incomprehension prédomine encore sur la comprehension; à travers les osmoses, les forces de rejection restent très fortes...”
Edgar Morin, Terra-Pátria, Editora Sulina, 1995, Porto Alegre. Traduction libre de Nurimar Falci, 2001, São Paulo. 

“(...) Tout d’abord il y a l’exotisme de peau chez de nombreux immigrés, venus des Balkans, du maghreb, d’aFrique noire, d’Asie (Pakistan, Philippines, Chine). Il faut toutefois remarquer que la religion des immmigrés cesse d’être un obstacle dès qu’il ya a acceptation de la laïcité de la vie publique française, condition sine qua non de l’intégration, et cela a été le fait des juifs et des musulmans des précédentes générations, qui, comme les catholiques, ont pu garder à titre privés leur foi religieuse sans contrevenir aux loix de la cité. Il faut remarquer aussi que les Noirs des Territoires d’outre-mer sont déjà entrés dans la nationalité française, de même que des Vietnamiens et des Chinois.
Mais le flux doit nous amener à concevoir qu’un caractère multi-ethnique et multiracial élargi devient un constituant nouveau de l’ídentité française, qui comme déjà celle des pays d’Amérique du Nord et du Sud, va comporter en elle la possibilité d’integrer dans son principe tous les constituants etnhiques de la diversité planètaire.”
Edgar Morin, La tête – bien faite, annexe 3, Immigration, intégration. Éditons du Seuil, 1998.

“(...) La préhistoire fut en fait une première mondialisation. Celle-ci a dispersé ce que la séconde, plusieurs milénaires plus tard, allait relier. À partir d’un vraisemblable foyer africain, les rameaux humains se propagent en Europe et en Asie, certains passent, peut-être encore sur terre ferme, en Amérique, et en Asie, d’autres s’eparpillent en Océanie, d’où il est très possilble que, par aventure ou par dérive quelqu’uns s’implantent sur les côtes andines. Avant même que commence l’histoire notre espèce a établi ses colonies sur toute la planète. Au cours de cette diaspora, elle a produit une extraordinaire diversité de langues, de cultures, de destins, source d’innovations et de créations dans touts les domaines, source aussi de méconnaissances réciproques. Les humains séparés onnt oublié leur identité commune et son devenus étrangers les uns les autres. Pourtant, la diaspora de l’humanité n’a pas produit de scission génétique: comme il a déjà été dit, Pygmées, Noirs, Jaunes, Indiens, Blancs relèvent de la même espèce, disposent des mêmes caractères fondamentaux d’humanité.”

(...) La domination occidentale entraîne dans son sillage des conséquences que, à travers le gigantesque développement des communications et des échanges, la dépassent. Ainsi, des symbioses de civilisation et de métissages s’effectuent, à la faveur des grandes migrations un peu partout sur la planète, d’abord d’Europe vers les continents et maintenant des continents vers l’Europe. Les colonisations de peuplement ont toléré involontairement et partiellement les symbioses de civilisation, et des métissages commencent de façon dispersée un peu sur tous les continents d’immigration. Le métissage se propage dans les deux Amériques. Celui-ci, encore souvent marginalisé dans le Nord, devient de plus en plus reconnu comme fondement d’États-nations, comme au Mexique, au Brésil et en Colombie. Les migrations d’Africains en Europe et d’Asiatiques en Europe commencent à y introduire divers métissages. En deux générations, les immigrations produisent des marages mixtes.
Les métissages culturels se multiplient. (...) La culture dans chaque nation commence à devenir planétaire par connaissance ou intégration des oeuvres de tous les pays, non seulement en littétature, mais en musique, peinture, sculpture, sculpture, et cinéma.
La mondialisation se concrétise aussi en ceci que chaque partie du monde fait de plus en plus partie du monde, et que le monde en tant que tout, est de plus en plus présent en chacune des parties. Cela se vérifie non seulement pour les nations et les peuples, mais aussi pour les individus. De même que chaque point d’un hologramme contient l’information du tout dont if fait partie, de même désormais le monde en tant que tout est de plus en plus présent en chaque individu. (...)
Alors que bien des Européens sont dans ce circuit planetaire de confort, un trés grand nombre d’Africains, Asiatiques, Sud-Américains, sont dans un circuit planétaire de misère. (...)
(...) Désormais, tous les fragments d’humanité qui se sont dispersés depuis des dizaines de milliers d’années se trouvent inconscientement en connexion. Mais ils ne se constituent nullement, loin de là, un ensemble nui qui l’on pourrait appeler l’Humanité. Le processus est lent, inégal, heurté, mais on commence à envisager, après l’integration du destin planétaire dans le destin historique de l’Occident, l’intégration du destin historique de l’Occident dans le destin planetaire.”
Edgar Morin, La Méthode , t.5, L’Humanité de l’humanite -  L’identité humanitaire. Édtions du Seuil, Paris, 2001.

Écrire au sujet de Métissage

Entrez le résultat de l'opération mathématique ci-dessous:



Résultats

dernier

qu'Est-ce que c'est?

A seção círculo poético é a espinha dorsal deste site. 64 palavras-chave foram selecionadas pela pesquisadora Nurimar Falci, sob orientação de Morin, para proporcionar um acesso inusitado, lúdico e participativo à obra do pensador francês. As palavras são associadas aleatoriamente aos 64 cubos que formam um cubo maior: clique em "índice" para visualizar a disposição espacial das palavras.

Através do "console" (no canto superior direito, abaixo da faixa vermelha) você poderá navegar para as 6 palavras que fazem "fronteira" àquela em que você se encontra.

Leia o texto de Morin, e escreva sobre a palavra-chave que despertar seu interesse...

cima tras dir esq baixo frente
forma